Tsunami : C'était il y a dix ans

Forums de discussionsL'endroit pour les discussions générales


Règles du forum
Avertissement
  • Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
  • Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
  • Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe
Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Terraburg.

Tsunami : C'était il y a dix ans

Messagepar Julie Ludwig » 27 Déc 2014 15:13

Tsunami : C'était il y a dix ans

Image


Où étiez-vous le 26 décembre 2004 ? Vous ne savez plus ? Et bien les survivants du tsunami qui a frappé les côtes de l’océan Indien ce jour-là, eux, s’en souviennent. A huit heures du matin, heure locale, c’est tout un paradis qui se fait réveiller par un violent tremblement de terre, de magnitude 9,0. A cet instant, personne ne sait encore qu’il sera à l’origine du tsunami le plus meurtrier jamais enregistré. C’est quarante minutes plus tard que la première vague, d’une hauteur de vingt mètres, déferle sur l’Indonésie et sur les îles Nicobar. Ces zones seront les plus gravement touchées, car proches de l’épicentre. Puis l’onde meurtrière continue sa course à plus de 800km/h et s’échoue sur les rivages de la Malaisie, du Sri Lanka, de la Thaïlande, de la Birmanie et de l’Inde. Au total, on dénombre quatorze pays touchés et plus de huit cent kilomètres de côtes dévastées. Les habitants et les touristes venus passer Noël au soleil y vivent l’enfer, les cris et la mort ont envahi les lieux, au même titre que l’océan. Chacun tente de s’en sortir, et d’aider les autres le plus possible, mais « on se sent impuissant », nous confie une française venue y passer ses vacances. Au total, plus de 230 000 morts seront estimés, battant ainsi un bien triste record ; 45 000 d’entre eux ne seront jamais retrouvés.

Photo des dégâts Image


Suite à ce drame, les nombreux touristes rentrent chez eux, angoissés, non pour eux-mêmes, mais pour ce qu’ils laissent derrière eux : des villages détruits, une population décimée. L’aide humanitaire se met en place et 13 milliards d’euros sont débloqués à travers le monde pour venir en aide aux habitants. Ils n’y a plus d’eau potable, la nourriture est rare et des épidémies (choléra, diphtérie, dysenterie…) menacent de se répandre, il est alors urgent d’identifier et d’enterrer les corps des nombreuses victimes. De plus, certains individus profitent de la situation, notamment en tentant d’expatrier des enfants devenus orphelins, pour les destiner à l’adoption illégale, au travail forcé ou à la prostitution.

Aujourd’hui, il ne reste pas de trace de cette catastrophe, hormis dans la mémoire de ceux qui y ont survécu. Les touristes affluent toujours vers cette destination prisée, mais sans connaître le passé qui hante encore ses rues. C’est pourquoi hier, des commémorations ont eu lieu sur toutes les zones sinistrées, des prières ont été récitées à la mémoire des victimes et de leurs proches dans tous les pays touchés. Depuis, des bouées de détection de séismes sous-marins ont été installées : 53 dans l’océan pacifique et 6 dans l’océan Indien afin de prévenir de nouveaux raz-de-marée, dans le but de mettre en place de futures potentielles évacuations, qui à l’époque auraient sauvé bien des vies. Nous avons su tirer les leçons de ce drame.
Julie Ludwig
 
Messages: 1
Enregistré le: 27 Déc 2014 14:40
Localisation: Brest
Genre: Femme

Retourner vers Forums de discussions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités