Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Les mondes fantastiques

Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:17

Isenóra
Il s'agit du texte d'une communauté qui a existé en 2000-02 sous le nom d'Auberge d'Aventia. Environ une vingtaine de personnes y ont contribué à l'époque. Le but ayant été de demontrer que l'on pouvait écrire un roman online. La rédaction et la coordination entre les morceaux de texte fut fait par Aventia. Je vous les reproduit ici, car il serait dommage qu'ils se perdent.

Au sud de la forêt de hêtre et aux pieds de la Grande Montagne, s'étend le pays d'Isenóra, la côte de fer. Peu de gens y ont pénétrés depuis l'attaque de l'ennemi, il y a bien longtemps. Le pays fut prospère autrefois, un domaine des elfes sylvestres. Sur ces pages, vous rencontrez un passé de gloire et de souffrances, l'histoire d'Isil et des amazones, mais également le présent caractérisé par la paix, l'espérance en une vie meilleure et à la redécouverte de la force et de la beauté de l'amour.

La jeune Isil, jouant au bord de la plage, rencontra le premier envahisseur, un dragon de mer. Elle donna l'alarme et bientôt d'autres suivèrent, dont des Uruloki, les dragons de feu. les hommes à l'emblême de l'aigle noir dévastèrent le pays, ne laissant en vie que les jeunes filles. La forteresse d'Hägewudu tomba aux mains de l'ennemi et les familles furent détruites. L'Uruthang fut confiée à Isil par Oarista, l'esprit de la source. La troupe des amazones frappa l'ennemi sans pitié. Isil fut la plus dangereuse, Elijah la meilleure cavalière, mais Valasca la plus cruelle. L'épée de feu permit de chasser les hommes du pays. Isil la transmettra à Aelfin de Leithien, le guérrier de Kôr et tueur de dragons. En leur honneur, Talanthyr le mage leur a composé un lay:

Guerrière d'Isil, terribles amazones,
Belles comme le jour, insondables comme la nuit.
Inaccessibles comme le soleil,
Etincelante beauté enfouie sous une armure.
Traits impassibles, cœurs illisibles,
Epées implacables, amours véritables.
Forces étranges animées par d'inconnus desseins.
Puisantes ennemies, inoubliables amies.
Rêves étranges d'une beauté intense,
Volontés de fer, cœurs de cristal,
Désirs inavoués enfouis sous une illusoire fierté,
Blessées par une intangible douleur, cachée derrière un bouclier à leurs couleurs.
Montant fièrement leurs destriers blancs,
Combattant pour leurs idéaux,
Sans de faux semblants.
Heureux celui à qui l'une d'elle ouvrira son cœur...
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:19

A l'ouest d'Isenora s'étend une forêt vierge qui débouche sur les falaises au bord de la baie d'Eldamar. A cet endroit vivent côte-à-côtes un peuple de semi-hommes et d'elfes provenant d'un groupe de fuyards lors de la guerre des dragons. L'un de ces groupes, sous la protection de Mandor le guerrier, arriva dans la vallée de l'Afro, alors que le second, sous la conduite de Kornak le mage, partit à travers la forêt vers l'ouest. Kornak et Artémis étaient sindarins, originaires de Doriath, et avaient élevé de nombreux enfants, sept filles et un garçon. La plupart étaient adoptés, mais ils ne faisaient pas la différence.

Les jours après la victoire des amazones d’Isil et des guerriers de Kôr furent marqués par les pleurs et l’incertitude. Des orques et autres esprits malfaisants parcouraient la plaine d’Isenóra, la rage dans leur cœur noir. Ils furent chassés et exterminés par les amazones du clan des licornes dans les quatre coins de l’île. Une nuit, un de ces démon enleva Ceres, la plus jeune des filles d’Artémis. Thalkor, son jeune frère, voulu la retrouver; il fut initié au combat par Meässe l'amazone noire. A lui se joignirent Tanya, sa jeune et jolie compagne, et Wilder l’archer.
Ils avaient longé les côtes jusqu’à une grotte au pays de Leithien où ils furent accueillis par les elfes noirs. Thalkor apprit à se servir des griffes d’acier et on lui inculqua le secret des boules de feu et des geysers brûlants. Ils revinrent vers l’est, traversant l’Ered Telepe et arrivèrent à Woden où Arangiliath le sorcier leur apprit que Tania était prisonnière dans un temple caché sous les sables du désert d’Ithilwen, non loin de la vallée de l’Afro. A cet endroit eurent lieu des combats terribles entre amazones et dragons ; il y règne encore aujourd’hui l’odeur de la mort. Wilder disait que c’était du suicide, mais Tanya la chasseuse de loups voulut accompagner son ami. Ils n’eurent pas de difficulté à trouver l'endroit, car Hecate – une fille d’Ungolianth - les attendait.

Elle tenait Ceres prisonnière dans le temple souterrain à l’aide de sa toile. Avec joie, elle accepta le duel avec le jeune Thalkor, car dans sa suffisance elle ne se rappelait que du petit garçon qui s’amusait à capturer les minuscules araignées. Hecate fut surprise de la resistence de Thalkor dans le combat corps à corps et envoya une lourde pierre en direction de Tanya. Thalkor parra de son corps et fut blessé. Il se releva et emporta son aimée. Mais Hecate les rejoignit, sentant la proie à sa portée. Tanya parvint à s’enfuire et vint demander renfort aux guérrièrs de l’Afro, non loin.

Mandor, Wilder et Tanya s’amenèrent au moment où Thalkor perdit connaissance. Une masse l’avait atteint au crâne. Mandor attira la démone loin du corps inerte et Wilder pourfendit son cœur noir avec une flèche de mithril.

Tanya pleura sur son ami et commença à chanter une incantation qu’elle avait apprit chez les elfes noirs. Elle appella Nienna la Valier et celle-ci prit pitié des jeunes amants. Pendant ce temps, Mandor décapita Hecate, la grande arachnide, et Wilder pénétra dans le temple. Une odeur nauséabonde l’accueillit. Ceres n’était plus là…
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:20

L’histoire de Kornak le sorcier des Falaises débute au premier age d’Arda. Il vint au monde dans le royaume sindarin de Doriath en Endora et personne ne se rappelle le nom que lui donna sa mère. A l’âge de 6 ans, il s’éloigna de sa demeure, se perdit dans la forêt et fut capturé par une patrouille d’orques. Comme beaucoup d’autres elfes, il fut réduit à l’esclavage et servit le maître de Tol Gauroth. A 15 ans, il tenta une évasion, mais se retrouva devant le nécromancien. Certains l’appellent Atano, d’autres Sauron. Le Maia prenait soit l’apparence d’un loup-garous, d’un sorcier noir ou d’un paladin manipulateur. Il est écrit qu’il amena le malheur partout où il agissait, que ce fut en Endora, sur Atalanta ou même sur Eressea.

Atano demanda au jeune homme son nom. Il ne le connaissait pas, mais cria « Kornak »… Atano lui révéla qu’ils se trouvaient dans un autre univers que celui qu’il connaissait, le monde des ombres. Tu seras mon élève, lui dit-il, et deviendra le mage du cataclysme. Il resta 7 ans auprès d’Atano, d’après ce qu’il croyait percevoir du temps; il sentait ses pouvoirs s’accroître et un jour, le maître fut satisfait de son élève. Il ressemblait plus à un Istari noir qu’à un elfe gris. Atano lui donna une armure noire, un grimoire d’incantations et le laissa descendre en Arda. Il était destiné à devenir l’instrument d'Atano semant le chaos et la désolation.

L'apprentis-sorcier fut surpris de voir que le monde avait changé. Les chevaliers noirs de Kornak vinrent à Eressea avec les guerriers sauvages d’Atalanta. Parmi eux, il y eu Rathma et Wilder. Ces deux guérriers humains, eux aussi esclaves en Atalanta, étaient originaires d'Endora. Il leur fut inculqué que les elfes noirs d’Eressea étaient responsable de leur malheur et Wilder se rappelait bien l’histoire d’Eol l’elfe noir ayant enlevé Arfeiniel, la sœur du roi Turgon. Kornak, cependant, ne fut pas dupe, et bientôt avec sa troupe se rallia à la cause des amazones d’Isenóra. Tanya, une elfe noire, comme bien d’autres, fut une orpheline recueillie par le groupe. Peu avant l’assaut final des hommes d’Atalanta sur la forteresse d’Hägwudu, il organisa avec Mandor l’évacuation des femmes et enfants.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:21

Ce fut le temps des trahisons et les amazones ne purent compter sur les villageois aux alentours. Atano le paladin avait séduit ces pauvres gens avec des cadeaux et des promesses, peu avant que les dragons ne poursuivent leur route vers Woden et Kormonas au nord. Un groupe de fuyards partit vers l’ouest, protégé par les chevaliers de Kornak. L’ennemi, découvrant la trahison de Kornak, les rejoignit à l’orée de la forêt et le mage utilisa pour la première fois ses pouvoirs surnaturels. La boule de feu les fit fuir; Tanya l'amazone blanche et amie de Thalkor, ouvrant le vieux grimoire, invoqua Oarista et les loups gris qui attaquèrent les hommes d'Atalanta..

Rathma et Tanya sortirent leurs glaives et ceux qui leur échappèrent sentirent les flèches de Wilder. Le groupe de Kornak atteignit les falaises et pour un certain temps, on les oublia, mais les loups restèrent aux cotés de Tanya, l'amazone aux cornes de daim. Un jour, elle comprit leur langage et ils lui parlèrent de Gilim le géant des plaines enneigées, leur maitre, et de Dlaska, une jeune fille d'Hägwudu, qu'ils trouvèrent abandonnée à son sort. Encore une fois, l’ennemi fut vaincu par ses propres armes, oubliant que le coeur reste toujours fidèle à ses origines. Mais le combat était loin d'être terminé et les créatures de l'ennemi rodèrent encore longtemps dans la plaine d'Isenora. Les amazones du clan des licornes les combatirent un temps, puis ce fut au tour des guérriers de l'Afro. Rathma le barbare était célèbre pour son instinct de chasseur et trouva le repère de Vrather, un Balrog, démon au service du noir ennemi du monde. Avec ses amis Night Wolf, Thalkor et Tanya, il débarrassa Eressea de ce fléau.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:22

Aussi loin qu’il se souvienne, Lanseril a toujours aimé le voyage, et n'aime pas s'installer très longtemps quelque part ! Il veut parcourir le monde... et toutes ses régions ! Il est originaire de la région de Kôr, au coeur des montagnes blanches. Comme beaucoup d’enfants nés durant la guerre, il ne se souviens plus de ses parents. Juste du regard tendre de sa mère…

Dans son esprit, ses parents sont morts a l'aube d'une journée pale emportés par un flot blanc de neige ! Sans doute avais-t’il été emporté lui aussi, il ne se souviens plus. Il croit que l'esprit de l’Ered Telepe l’a jugé digne de servir ses plans. Quand il repense a ses parents aujourd'hui, il n’éprouve pas de tristesse. Insensible ? N’est-ce pas là son bouclier contre la souffrance et la peine ? Il fut recueilli par un vieux mage, Eaglefly d'Outremer, qui lui a appris à se débrouiller. Il grandit à Mar Vanwa Tyalléva, élevée par Vairë, où il accepta que le destin de ses parents fut de disparaitre, alors que le sien fut d’être sauvé.

Puis il retrouva ce mage, son second père; il appris à faire silence, à respecter le cycle de toutes choses. Chaque matin, son désir de partir croissait, non pas qu’il ne se plaisait pas sur le versant enneigé de l’Ered Sila, mais il avait besoin de voir tout ce que ses yeux lui permettaient de voir. Un jour, il rompit le silence: «Père, je dois partir, tu comprends... le monde m'appelle... je suis triste de devoir te dire adieu».

Le vieux mage lui répondit en souriant: «Tu en as mis du temps a entendre l’appel de l’esprit de feu, pars ! prends cette épée, ce fut celle confiée à Aelfin; rapporte-la aux habitants d’Isenóra. Que la force de l’Ered Sila ainsi que sa blancheur t'accompagne… et file, le temps n'attends pas…». Le cœur serré, le jeune homme partit sans un regard vers le passé... ça ne servait à rien... il est descendu vers le sud, il a traversé maintes régions... se rappelant certains endroits qu’il a connu enfant; il passa devant la petite maison des contes perdus. Toujours en suivant le vent. Il apprit à connaître les paysans d’Alaminore et les elfes sylvestres de Bredele; il aimait rire avec eux et adorait la nature. Il oublia un temps sa mission.

Après quelques mois, il retrouva enfin un paysage qu’il aimait tant… une montagne enneigée, plus grande que celle qu’il connaissait, et le froid ! Toutefois, il avait été prévenu, cette région est dangereuse ! Jadis infestée d’orcs noirs, il en subsiste encore quelques-uns. La distinction entre les orcs, vampires et elfes noirs sous la protection de la reine et les créatures de l’ennemi est difficile à faire. Comme la plupart des gens, il ne prend pas de risque et les évite. Parfois, il a fallu se battre. C’est ainsi qu’un soir où le ciel était de feu, il entendit les bruits d'un combat; il grimpa le flanc de la montagne et vit que la neige était teintée de sang noir... du sang d'orc ! Deux guerrières aux cheveux noirs se battaient contre une dizaine de ces créatures.

L'une faisait chanter son arc, l'autre rougissait sa lame ! Il entra dans la danse, s'interposant entre le chef de ces orcs et la guerrière à l'épée et qui avait le dos tourné. La créature chimérique, plus grande que les autres, était un adversaire redoutable. En utilisant l’épée qui lui avait été confié, le jeune homme gagna ce duel, mais au prix d’une blessure sérieuse au bras, son sang rouge se mêlant au noir et à la neige; le ciel et la terre ne faisant plus qu’un, il s’écroula…

Il sentit une main sur son front, et son regard recontra de grands yeux marron qui l’observaient…. Ces cheveux roux et ce sourire ! A ce jour, elle était la plus belle femme qu’il avait jamais vu et, sans doute cette impression lui restera toute sa vie. Elle se présenta sous le nom d'Elijah... le jeune homme bégaya "Lanseril" tant bien que mal... Elle resta encore longtemps à son chevet, leur rire était contagieux. Sans doute il l’amusait beaucoup et elle lui était reconnaissante d’avoir aidé deux de ses guerrières. L’Uruthang, l’épée de feu qu’il avait rapporté fut cachée aux fins fonds de la forteresse d’Hägwudu.

Ils parlèrent de leurs souvenirs et de leur amour pour la montagne. Depuis, on les vit souvent se promener dans l’Ered Orno, la grande montagnes. En eux grandissait un amour profond, simple et sincère... Au bout de trois mois, les autres amazones savaient qu’un temps nouveau avait débuté. Des rumeurs d’alliance entre ces deux êtres magnifiques, dont l’histoire était si semblable, couraient dans toute la région et les gens se réjouissaient. Mais en même temps, les amazones s’inquiétaient… il partira, continuera à voyager, l’appel de l’aventure est trop fort en lui. Va-t’elle abandonner ceux qui furent sa famille pour le suivre ? Ou leur destin prendra-t’il une tournure tragique ? Prions Nienna pour qu’elle les guide sur leur chemin...

Ce qui arriva par la suite ne sera pas raconté ici. Les passions s’estompent et les fleurs flétrissent. Les ombres du passé ont ressurgit et les amazones ont repris leurs armes. Meässe s'est montré dans toute sa puissance. Prenez garde, car à la pleine lune, les amazones du clan des Licornes ne connaissent pas de pardon pour leurs ennemis.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:23

Les amazones reconstruisirent Hägwudu. Elles préférèrent demeurer isolées, n'intervenant que lorsque l'équilibre du monde basculait. Lasse des combats, Isil lassa sa place à Elijah qui amena une athmosphère plus détendue. Elijah fut trouvée enfant près d'une forêt, seulement habillée de la douce paleur de Kyrrdis. Elle fut élevée par des Renonçantes, les plus pures des amazones. Toutefois, elle s'est perdue dans sa quête à la recherche de son origine et bientôt oublia ses amis. Afin de combattre l'ennemi dans toutes ses formes, le clan des licornes a été fondé par Meässe, une amazone mystérieuse dont les exploits, dit-on, se déroulèrent dans l'enfer d'Utumno.

L'histoire d'Isil a été racontée dans les pages précédentes. Son nom signifie "lune" en elfique et elle est connue sous differents noms qui s'y rapportent: fleur de telperion et rana la rebelle. Ce furent des noms portés pendant la guerre des dragons. Elle avait fuit devant les dragons de mer, vécu l'extermination de sa famille et de ses amis d'enfance, se cacha dans la nuit et le froid, pria Nienna qui lui confia l'Uruthang - l'épée de feu - et se vengea des êtres qui l'ont tellement fait souffrire.

Aujourd'hui, elle se repose, essayant d'oublier ces souvenirs de malheurs. Les uns l'admirent ayant été la seule femme a manier l'épée de feu, d'autres l'adorent même, ayant découvert sous son armure de fer et de mithril son coeur de jeune fille; mais d'autres la détestent, se rappellant l'amazone rodant la nuit et dont l'apparition signifiait, sans hésitation et sans pitié, la mort pour ses ennemis. Parmi les amazones, le clan des Licornes fut le plus dangereux; encore aujourd'hui, il reste secrêt. Il s'opposait au clan des Renonçantes, moins portées sur la lutte armée. Même entourée et admirée, Isil se sentait seule au monde sur cette île, n'ayant que la lune pour compagnon. Elle lui demandait conseil, l'appelant son griffon et celui-ci semblait la protéger de ses ailes et approuver son oeuvre de vengeance, éclairant son visage de ses pâles lueurs.

Au cours des années, elle ne laissa personne indifférent, resta inquiétante même pour ses amis, et peu de gens sentirent quel déchirement intérieur elle subissait. Sa fidélité vis-à-vis de Meässe et du clan des licornes resta intacte. Cependant, flanant dans la forêt de Bredele, elle sent aujourd'hui que sa vie aurait pû être autre; mais chacun a un rôle a jouer dans l'evolution d'Arda et celui-ci fut le sien.

Peu d’écrits mentionnent les enfants de Melkor, car il est dans leur nature d’agir dans l’ombre. Il faut toutefois distinguer les esprits qu’il pervertit en Abred de ceux, Meässe et Makar, qui furent issus de sa pensée alors qu’il était le plus puissants des Ainurs.

Meässe fut la meneuse occulte des amazones durant la guerre des dragons. Elle blanchit ses cheveux en signe d’alliance à Aelfin, l’elfe noir. Peu de ses compagnons connaissaient sa vraie nature et aucun n'osait la questionner. Isil, la nuit, et Valasca, le jour, furent ses les bras de sa vengeance; Vairë leur donna la force mentale et Meässe leur enseigna à tuer sans hésitation ni pitié. Elles appartenaient à l'ancien clan des licornes; ses adeptes ont juré une fidélité absolue à l’amazone noire. Encore aujourd'hui, leurs noms font trembler les ennemis d'Eressea et les autres leurs montrent grand respect. Après la victoire contre les hommes d'Atalanta, la reconstruction fit place à la lassitude et à la décadence. Meässe, la mystérieuse dame de la nuit, pour la première fois se montra alors en plein jour à son peuple.

Elle n’avait aucune crainte à se mêler à l’ennemis, elle détourna sa puissance à ses propres fins et contribua ainsi à sa destruction par l’intérieur. Elle grandit dans les cavernes d’Utumno et explora ceux d’Angband. Ses exploits sont peu connus et cela est bien ainsi. Elle fut violée et torturée, devint l’amante incestueuse du noir ennemis du monde, souffla à Luthien l’incantation de Thuringwethil, porta le dernier coup à Kosmoko - le fils préféré de Melkor et prince des Balrogs - et sauva Glorfindel de l’abime. Bien longtemps, les Valaraukar crurent qu’elle était des leurs. La fille de Melkor, maitresse de la mystification, prit plaisir à se venger et à liberer leurs esprits de l’emprise de l’ombre noire. Seul Olorin le Maia connaissait ses agissements en Endora où elle se cachait sous les traits de la compagne d’Iarwain, le maitre des forêts.

Elle a hérité de son père son besoin de domination et ne saurait jouer un autre rôle que le premier, mais sa motivation est autre. Aujourd’hui, aucune partie d’Eressea n’échappe à son contrôle et ce serait sans doute avec étonnement que l’on découvrirait sous quels traits sympathiques elle se cache. Certains disent qu'elle n'est qu'un Avatar de l'une des trois Urufea, sous son aspect le plus guérrier. La protection de l’ile est sa priorité, quelque soit le sacrifice qu’elle s’impose à soi-même ou aux autres. Tout semble lié, de Melkor à Luthien, en passant par Baradis, Isil et Meässe. Tous ne sont que des instruments dans le plan d’Eru, contribuant au devenir du divin.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:24

Bredele

La fée me demanda ce que je faisais ici, cet endroit étant interdit aux hommes ! - Ah, douce inconnue, je ne voulais pas t’effrayer. Je suis un humain, et une de nos caractéristiques est d’être curieux. Elle me raconta alors qu’elle faisait partie d’un groupe d’amazones, les gardiennes du sud de l’île; cette région est appelée Isenóra, la côte de fer, Bredele, la forêt de hêtres, et la Grande Montagne en font partie. Dans cette forêt, résonne la complainte d'Arfeiniel. Les amazones habitent Hägwudu. Jadis, cette région fut dévastée par l’ennemi, ses orcs et ses dragons ! D'autres peuples étranges vivent sur les rives de l'Afro.
Elle m'accompagna toutefois vers l'intérieur des terres et nous sommes arrivés devant une petite maison, les habitants étaient si petits, comme la porte par laquelle on devait passer. Vairë et Lindo me souhaitèrent la bienvenue et m'invitèrent à entrer. A l'intérieur, tout semblait être redevenus à une dimension acceptable. Il y avait une multitude d'enfants.

Au cours des longues soirées au coin du feu, Vairë et Lindo racontèrent aux enfants l’histoire d’Arda et leur inculquèrent leur philosophie de vie et d’amour.

Travaille comme si tu n'avais pas besoin d'argent.
Aime comme si personne ne t'avait jamais fait souffrir.
Danse comme si personne ne te regardait.
Chante comme si personne ne t'écoutait.
Vis comme si le paradis était sur terre.

Luthien, la gardienne du Palantir d'Eressea, fut l'élève la plus douée. Elle a l'espoir en un monde meilleur, espoir mêlé de crainte de ne rien voir venir, jamais... La vie est pleine de joies plaisantes à l’œil d’Eru, mais la connaissance sans action est vide de sens.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:26

Je ne sais combien de temps j’ai passé à Mar Vanwa Tyalléva. Le jeune Ausir me demanda de raconter les événements s’étant déroulés en Terres du Milieu. Vannea l’ainée des enfants trouva que ce n’était pas bien différent de leur île. Elle habite aujourd'hui une petite hutte de paille au bord du Baradis. Non loin se trouve une plantation d’athelas, appelée asea aranion, la feuille des rois. Elle en prépare une infusion et connaît un grand nombre d'autres plantes médicinales. Les fleurs et les arbres odorants sur les chemins d’Alaminóre, le pays des ormes, réjouissent les sens. Les gerbes de blé dansent au vent. Il est utilisé pour fabriquer le lemba, le pain des elfes. Les paysans travaillent en chantant et on y rencontre des gens bienveillant. Hecile n’est autre que Vairë se mêlant aux gens du pays et écoutant leurs soucis. Astaldo le mage connaît le vent et les saisons. Talanthyr est un beornien pouvant se métamorphoser en un petit tigre blanc, enjoué et rêveur. Il m’a parlé d'Isil l'amazone et de Meril-i-turinqi, la reine des fleurs, habitant dans son korin au pays de Leithien.

Jeune fille, Luthien voyagea beaucoup avec Astaldo le mage bleu sur les chemins d'Ala(l)minóre, appelé Gar Lossion à l'époque ("le prés des fleurs"), égayant par son chant le coeur des habitants. Avant son retour, les flammes de l’ennemi avaient détruit cette idylle. Les dragons s’étaient aventurés au-delà de la grande montagne et le fléau se répandit comme partout ailleurs sur Arda. Des hommes débarquèrent de navires à l’emblème de l’aigle noir, tuèrent et humilièrent les habitants. L’Uruthang fut confiée par Isil à Aelfin de Leithien; il partit de Koromas à la tête des guérriers et la bataille fit rage dans les marais de Wóden. Trompé par le noir ennemis du monde, les hommes avaient pris pour cible cette petite ile qu’ils pensaient être le refuge d’esprits malfaisants. Que de vies brisées pour un malentendus !

Je ne sais combien de temps j’ai passé à Mar Vanwa Tyalléva. Le jeune Ausir me demanda de raconter les événements s’étant déroulés en Terres du Milieu. Vannea l’ainée des enfants trouva que ce n’était pas bien différent de leur île. Elle habite aujourd'hui une petite hutte de paille au bord du Baradis. Non loin se trouve une plantation d’athelas, appelée asea aranion, la feuille des rois. Elle en prépare une infusion et connaît un grand nombre d'autres plantes médicinales. Les fleurs et les arbres odorants sur les chemins d’Alaminóre, le pays des ormes, réjouissent les sens. Les gerbes de blé dansent au vent. Il est utilisé pour fabriquer le lemba, le pain des elfes. Les paysans travaillent en chantant et on y rencontre des gens bienveillant. Hecile n’est autre que Vairë se mêlant aux gens du pays et écoutant leurs soucis. Astaldo le mage connaît le vent et les saisons. Talanthyr est un beornien pouvant se métamorphoser en un petit tigre blanc, enjoué et rêveur. Il m’a parlé d'Isil l'amazone et de Meril-i-turinqi, la reine des fleurs, habitant dans son korin au pays de Leithien.

Un jour, nous avons appris à parler.
Pourquoi ne me parles-tu pas ?
Dis-moi ce que tu aimes, ce que tu ressent.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:27

"Je suis ame vagabonde,
Esprit bienfaisant,
Joie furibonde,
Espoir lancinant.

Je suis errant et blessé,
Amour désintéressé,
Protégeant ceux que j'aime,
Des germes de bonheur je sème..."
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:27

Alpa

En continuant seul vers le nord, je suis arrivé au port d'Avallonë. Le phare, appelé la tour des perles, guida Earendil le bénis dans sa quête. Alpa, le pays des cygnes et point de rencontre des aventuriers, est moins tranquille qu'Alaminóre. L’endroit le plus agréable est l’auberge d’Aventia. Tout un peuple y descend ! J’y ai retrouvé Altariel la fée, Olorin le vieux mage et Frodon le hobbit, tout trois rencontrés sur le navire qui m'avait repêché. Olorin me raconta l’histoire d’Atalanta l’engloutie. Cette ile plus grande était habitée par des hommes qui se détournèrent de la pensée d’Eru; leur emblème était l'aigle noir. Les blancs navires d'Eressea étaient souvent en route vers l’ile sœur, échangeant joyaux et plantes médicinales, jusqu’au jour où les elfes ne furent plus les bienvenus. Jusqu'à la destruction d'Atalanta, la guerre fit rage. Les elfes marins d'Eressea, les Lindar, ne vivent pas dans la ville où selon eux il y a trop d'humains et autres créatures étranges, mais dans le village retiré de Tiw.

Un jour d'automne, un blanc navire vint chercher la jeune Luthien au port d’Avallonë. Ce sera la première fois qu'on verra une larme couler des yeux d'Astaldo. Elle retourna en Artanor au royaume de Doriath, protégé par l’anneau magique de Melian, sa mère. Elle y apprit comment les elfes se tournèrent contre leurs frères, comment Feanor et sa tribu dans leur fierté se détournèrent des Valar, et comment les Silmarils entrèrent en possession de Melkor. Le serment des Noldor et la malédiction de Namo, quel triomphe pour l'ennemi ! Et pourtant, elle avait pu admirer certaines créations de Feanor, dont un Palantir à Avallonë. Un esprit de feu lui aussi !

Esprit de feu, tu consumeras le monde,
Et le monde ne t’en voudras pas !
L’ennemis se jouera de toi, tu le détruiras.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:28

Voyez près du fleuve les pilinechtar, ces grands roseaux, ces oiseaux blancs et ces maisons de bouleau. Continuant sur la route vers le nord, nous sommes arrivés à Tiw, le village des elfes marins. Là encore, ma compagne m'introduisit dans ce monde inconnu. Les elfes marins, construisant les blancs navires d'Eressea, sont devenus très farouches depuis leur mésaventure avec les homme à l'emblème de l'aigle noir. La mer au loin d’Alpa a des reflêts d'argent, changeants sous les rayons de la lune. La mer au crépuscule confond les nuages avec les fées si pures.

La mer bergère d'azur, infinie… La mer nous a bercé d'une chanson d'amour, elle a bercé notre cœur pour l’éternité d’un moment de bonheur. Le chant d'Orem reste gravé dans l'esprit de ceux qui l'entendent.

Elle est une semi-elfe, voyageant, aimant raconter des histoires et des légendes des contrées qu'elle visita. Elle se retire souvent dans la forêt au bord de la mer où elle sculte des figurines de terre cuite ou dessine. Oceus, fils d'Oarista, est le gardien de la faune et flore des océans et mers. L'esprit des mers est éperdument amoureux d'Eressea dont les rivages au large de Tiw lui apportent le calme.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:29

Kôr

A l'auberge, Talanthyr m’a dit que si je voulais rencontrer la reine des fleurs, la souveraine de l’ile, il me faudra passer l’Ered Telepe, la montagne étincelante. Ce qu’il avait oublié de mentionner était qu’il n’y avait que deux manières de la traverser, soit en remontant le courant du fleuve entre les falaises s’exposant ainsi aux archers de Kôr, soit en affrontant le gardien de la montagne.

En espérant qu’il s’agisse d’un être raisonnable, j’ai choisis la seconde solution. C'est ainsi que j'ai rencontré ce chevalier à l’armure argentée portant un dragon doré, l'emblême de Baradis l'Urufea. Je lui semblait sans doute bien naif, en tout cas, il m’a laissé passer. Il était accompagné par deux loups, gris et blanc. Près du sommet, il y a un petit lac et une tour au loin. C'est là qu'habitent les gardiens du passage.

Le panorama était magnifique. Descendant de l'autre côté, j’ai aperçus l’esprit de la montagne. Elle avait les bras croisés et les yeux fermés, deux plumes d’aigle sur la tête. Echtelion, un elfe venant de Gondolin, voyant mon étonnement, m'apprit que seuls ceux ayant le cœur pur pouvaient voir Oarista; que j'aille en paix dans l'amour d'Eru et que Baradis, la dame des étoiles, et Vanwë, le seigneur des aigles, me protègent.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:30

Au nord de la montagne étincelante se trouve la grande ville de Koromas. Plus loin encore se trouve Kortirion, la tour aux pieds d'Ered Sila, la Montagne Blanche. C'est à cette endroit que se réunissent les gouverneurs et la reine et que se prennent les décisions importantes. Sapientia, la sage de la tour blanche, apporte conseil aux indécis, souffrants et malheureux. Une rumeur veut qu'il s'agisse Gwendeling, connue sous le nom de Melian en Endora, mère de Luthien et la gardienne de l'emeraude de Doriath. Elle est entourée, toutefois, de personnages effrayants. Ils sont tous des experts de la magie noire et de grands connaisseurs de la science de l'ennemi et de ses serviteurs. Pour le vaincre, il aura fallut l'étudier et son contact n'est pas sans laisser de traces même dans les esprits les plus forts. Parmi eux, il y a les trois sorciers de Kortirion. Ils vivent retirés dans des recoins obscures de la tour et la rumeur raconte qu'ils seraient des elfes noirs.

Au sommet des mélèzes, pas de nuages. Les oiseaux s'envolent, tranquilles. Les mulets s'en vont doucement sur le petit sentier. Le tonnerre a craqué, les éclaires ont sonné, les yeux ont étincelé. Je te dis tu vois trembler le feu !
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:31

Kormonas fut fondée par Ingil, fils d'Inwë, roi des elfes. Avec lui virent Valwë et Tulkastor, les pères de Lobion et Vairë. Il jouèrent de la flute et de la harpe. Ils élevèrent la grande tour en l'honneur d'Aulë. Puis, un jour, la guerre frappa aux portes de la citée, mais les dragons furent repoussés par Aelfin et les guérriers de Kôr. Ils sortirent vainqueurs, avec l'aide des amazones et de l'épée de feu, des hommes de l'aigle noir.

Aujourd'hui, Kormonas est peuplée de beaux chevaliers et de nobles dames. Les bardes composent et jouent des chansons d’amour et les marchands y vendent joyaux et étoffes soyeuses. Les herboristes vaquent à leurs occupations...

Les fontaines gargouillent et les enfants rient. La harpe joue à nouveau. Le monde des elfes ! C’est ainsi qu’on s’imagine Gondolin, la cité cachée de Turgon depuis longtemps détruite. Quel envie de se joindre à eux et de goûter à l’immortalité… et pourtant, les réfugiés, tels Meaglin et Esé-daï, nous rappellent l'horreur du passé. Elle a la peau pâle et une petite silhouette qui la rend évanescente. Son seule signe remarquable est sa chevelure rousse, qu'elle cache toujours. C'est un être discret vivant seule. Ses yeux gris semblent noyés sous d'éternelles larmes et de sa personne ce dégage une aura d'extrême chagrin. Que Nienna nous soit clémente !
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:32

Lethien

Traversant le gué du Gruir, je me suis retrouvé au pays de Leithien. Il ne fut pas epargné par les évenements malheureux; l'Afros, aujourd'hui se jetant dans le Baradis en Olore Malle, fut détourné de son cours. Le gué était autrefois son embouchure dans le Gruir. Arachnides et dragons se disputèrent la grotte de Rôr. C'est le seul endroit où, encore aujourd'hui, rien ne pousse sur l'île, malgré les efforts de Tynwel. A cette époque fut fondée la confrérie des chevaliers de l'amour eternel. Ils étaient humains, protégeant de leur corps le monde qu'ils aimaient, prouvant que même eux étaient capable de bien. Les deux plus célèbres furent Trystan et Galaad. Leurs esprits, comme celui de Luthien, resteront eternellement présent en ces lieux.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:33

A partir du gué ou de la grotte, en suivant le chemin vers l'ouest, avant d'arriver à la baie d'Eldamar, se trouve Tavrobel, la cité du temple, des cent cheminées et aux livres innombrables. Le pays est un immense verger: le domaine de Meril-i-Turinqi, la reine des fleurs aujourd'hui disparue.

Meril, une petite-fille d'Inwë le roi de tout les elfes, était une experte en magie blanche. Tynwel, la nouvelle reine, suit ses pas.

Toutefois les methodes sont différentes, les livres de biologie moléculaire ayant remplacé les vieux grimoires. D'où croyez-vous donc que proviennent les gentils orcs et les charmants dragons qui peuplent l'ile ?

Ah non ! ils se sont encore échappés !
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:33

Le palais de Meril-i-Turinqi à Tavrobel est porté par des colonnes immenses à la gloire des Valar et un rayon de lune éclaire la grande salle même la nuit. C'est ici que j'ai obtenu audience avec la reine. On y rencontre des êtres étranges mais bienveillant, comme ce petit dragon doré doué de parole. Certains prétendent qu'il s'agit d'une jeune beornienne, d'autres disent que Tynwel suit les traces d'Aulë lors de sa création des nains et que cela ne plaira pas à Eru.

On dit que Meril, Luthien Tinuviel et la reine actuelle sont des réincarnations de Palúrien. Toutefois, la joyeuse inconnue qui m'avait accompagnée au début de mon voyage semble très différente en ces lieux, plus proche de l'Urufea, de l'esprit de feu et gardienne de l'ordre de l'univers. Le limpe est une boisson, à l'origine préparée par la reine des fleurs, qui rend la jeunesse au coeur. A ma question si elle m’en offrirait afin que je devienne immortel à mon tour et puisse me joindre à eux, la reine répondit qu’il n’était pas bon de croiser les plans d’Eru et que la destinée des hommes était autre. Sur ce, Tynwel me servit un délicieux vin rouge de Kôr.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:36

Ce soir-là, nous avions fêté toute la nuit, la guerre de l’anneau avait pris une fin heureuse. Il y avait avec moi ma femme Cwen et mes fils Hengst et Horsa. Je me suis retrouvé le matin sur mon bateau, partant à la dérive au large de Balar. Le courant m’emporta vers le large. Le soleil me tapait sur le crâne et le goût du sel resta collé à mes lèvres. J’aurais été perdus sans avoir rencontré ce navire blanc venant de Mithlond, et navigant vers l’ouest.

Je suis Eriol, fils d'Earendel, un homme de Rohan.
Ils me souhaitèrent la bienvenue en me demandant ce qu’un fière cavalier faisait sur une telle monture. Je les remercia sans pouvoir répondre à cette question. Ils m’emportèrent avec eux. Il y avait des elfes, sans doute pas des moindres, ils ne parlèrent guères. Puis, il y avait un semi-homme, mélancolique. Enfin, ce vieille homme à barbe blanche, un mage sans aucun doute. Il me montra l'ile aux dragons et l'île des vents au loin. Le chant des elfes marins retentit au rythme des vagues:

"Tol Eressea,
Demeure de la plus belle des Urufea,
Ilot vert d'amour,
Refuge où même sont acceptés les vautours,
Magie et beauté règnent en ces lieux,
Où nul n'a d'autre maître que son propre Dieu...
Fées, elfes, humains et tout les autres enfants d'Iluvatar
Vivent dans un jardin dont même sont jaloux les Valar."
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:36

Le vieux mage me dit s’appeler Olorin; il me raconta de sombres histoires d’îles englouties, de balrogs et de nécromanciens. Je me prit d’amitié pour le semi-homme. Il était moins prétentieux que les autres. Il me dit être en route pour le pays bienheureux. Le lendemain, nous avons passé un groupe de petites îles et apercevions la terre au loin. Le mage me dit qu’il s’agissait de l’île solitaire avec l'Ered Orno, la Grande Montagne. Nous passions au loin de ce qu’on appelait l’Olóre Malle, le Chemin du Rêve. Cela me semblait être prometteur; je leur ai demandé de débarquer, mon esprit d’aventure ayant repris le dessus et mes pieds ayant besoin de toucher la terre ferme. L'embouchure d'un fleuve était dominé par deux falaises, je suivis ce chemin, mais bientôt la nuit tomba. Un rayon de lune me permis d'apercevoir furtivement une silouette se baignant dans l'eau fraiche. Il n'y avait pas de doute, je suis arrivé au pays des fées !
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:37

Sur cette île, j’ai rencontré la plus belle des enfants d’Eru. Au cours des années, elle m’a accompagnée et pourtant le temps ne semble pas de prise sur elle. Je lui ai posé un grand nombre de questions, bien peu a-t’elle voulu répondre. Ce que je sais d’elle m’a été raconté par d’autres dont Veanne, une élève de Vairë. C’est ainsi qu’un jour, en Artanor, l’amour exceptionnel de Gwendeling la Maia et Tinwelint le roi des elfes gris fut récompensé par la naissance d’une petite fille. Ses yeux étaient plus profonds que la mer, sa peau plus blanche que la neige et ses lèvres plus rouges que le sang. La guerre contre le noir ennemi du monde faisait rage en Beleriand et l’enfant qu’on appela Luthien, accompagnée par Astaldo le mage bleu, fut envoyé à Tol Eressea, bien loin des dangers. Elle fut accueillie par Vairë et Lindo à la petite maison des contes perdus au delà du chemin du rêve.

Passage onirique
Jonché de lueurs féeriques,
Peuplé de petits esprits fantastiques
Chantant d'étrange cantique...
Voie fabuleuse
Où ne volent les brumes pleureuses
Sillonné de beauté lumineuse
Où l'ont peut entendre les petites étincelles rieuses...
Ceux qui un jour l'on traversé
Se souviendront à jamais de tout ces plaisirs chantés.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:38

La chanson d’Arfeiniel

Regard à l’horizon
Attendant ton appel,
Mes jambes s’enflamment
Et mon visage flétrit.

Dans cette attente
Etait mes espoirs et mes rêves,
Je sait qu’il est vain
De penser que je te retrouverais.

En ces jours où le monde était jeune,
Et que l'azur des fleurs resplendissait,
J’ai cru à cet arbre,
Où était tissé notre avenir.

Ô Eol, en toi étaient mes espoirs et mes rêves,
Je savais qu’il était vain
De penser que tu m’aimais.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:39

Rôs

Dans le livre de Kôr, il est écrit que le plus grand crime de Melkor fut de créer la race des orcs à partir des elfes qu’il a capturé. Peu de prisonniers ont réussi à s’échapper d'Utumno et ceux-ci restèrent marqué à jamais, fuyant la lumière du soleil.

En entrant dans la grotte de Rôs, les elfes aux cheveux blancs, amenant Eriol, rencontrèrent des araignées, des rats, des chauves-souris, mais aussi des kobolds, ces chiens noirs... La grotte est profonde et continua après un éboulement, se divisant en de multiples galeries et Eriol senti qu'on descendait sans cesse. On l'épiait; il entendit des coup de marteau et des tambours au loin. Après des heures de marche dans l'obscurité, trébuchant sans cesse, ils rencontrèrent des araignées géantes montés par des nains noirs, les Duargards, et se trouvèrent confronté avec un grand loup qui gardait l’accès d’un temple souterrain. Il s'ecarta...

C’est ainsi qu'Eriol fut admis devant le conseil des elfes noirs. Il rencontra Aelfin le vainqueur des dragons de Kôr, retrouva le sorcier de Kortirion et Arfeiniel la grande prêtresse des elfes noirs (Tynwel étant celle des elfes de lumière). Elle-même était une elfe de lumière, mais fut l'épouse d'Eol, l'elfe noir le plus connus en Endora. Il fut condamné à être jeté au bas d'une falaise et elle le chercha sans succès dans les cavernes de Mandos. Aujourd'hui, en suppliant Nienna, elle continue sa quête au pays des ombres en utilisant la sorcellerie. Errante dans la forêt de Bredele, elle fut reconnue par le sorcier de Kortirion qui l'enmena et l'initia.
Tinuviel
 

Re: Textes de l'ancien site Auberge d'Aventia

Messagepar Tinuviel » 16 Nov 2011 17:40

Dunor
ou le pays du rêve

Chaque nuit est un long voyage
Qui nous amène au palais des nuages.
S'y retrouve tout les amoureux
Qui ne le jour n'ont la chance d'être heureux.
Ils vivent dans la cité des rêves inachevés
Où ils reviennent nuit après nuit afin de le terminer.
En vain...
Rien ne finit ni se commence tout se poursuit...
Sans queue ni tête, jour après nuit.

Se promenant sur la côte d’Alaminore, sous le soleil brillant, le jeune homme rêvais… encore.
Il admirait la mer étincelante, les vagues se jetaient en chantant sur le rivage doré. Elles se faisaient plus forte, plus grande et prenaient lentement forme… de grand chevaux blancs sortaient de l’écume, la crinière au vent, hennissant leur joie.
Devant lui serpentait un chemin bordé de fleurs. Une colombe s’y trémoussait. Elle se tourna vers moi :
«Oh doux rêveur, suis moi, laisse moi te montrer d’où tu viens…» Intrigué et plongé dans ses songes, le jeune homme la suivit sans mot dire. Un escalier continuait le chemin là où la terre s’arrêtait et s’élançait dans le ciel.
Arrivé tout en haut, la colombe rejoigna les papillons et autres êtres de lumière dansant autour de l’ange qui lui souriait. «Je suis heureuse que tu ais trouvé le chemin, Talanthyr, je te souhaites la bienvenue chez toi». Elle leva sa main droite et m’indiqua l’arche de marbre qui se trouvait derrière elle, l’essaim mystique qui tourbillonnait autour s’envola vers cette porte, lui ouvrant ainsi la voie.
Tout, autour de lui, dansait, irréel et se moquant bien des lois humaines. Les nuages, eux aussi se métamorphosaient en de grand chevaux blancs courant dans le ciel bleu. De cette hauteur, Eressea semblait bien petite, un halo blanc l’entourait; on s’imaginait une ville de lumière surplombant la vaste terre perdue dans les flots rieurs.
Un long chemin s’offrait à lui… jamais n’avait-il rien vu d’aussi beau… les arbres passaient de vert à mauve, en passant par un rose délicat et frais comme un ciel ensoleillé à l’aube d’un matin brumeux.
Des amoureux se promenaient dans les bois entourant le chemin, ils se regardaient l’un l’autre sans jamais détourner leur regard, perdu dans un sourire. De nouvelles fleurs naissaient sous leur pas, de nouvelles couleurs jaillissaient de leurs baisers. Et quand l’un d’eux s’en allait, l’autre dansait, imaginant l’être aimé dans ses bras. Des fées chantaient un mélopée plus douce encore que la brise. Des oiseaux multicolore peuplaient le ciel. Plus loin, les branches s’entrelaçaient pour former une voûte. Un autre ange attendait le jeune homme, une colombe posée sur sa main. «Bonjour, jeune druide, je t’attendais. Es-tu bien chez toi ? tu es né ici de l’amour impossible de deux rêves vains. Toutefois tu vis réellement, dans le cœur de tes amis. Tu vis car ils t’aime, ne l’oublie jamais. Aime les comme ils t’aime et tu aura découvert le secret du bonheur. Reviens nous quand tu le désireras, jeune rêve, tu es chez toi ici…».
Le jeune homme se réveilla sur un lit de feuille, l’esprit embrumé se souvenant vaguement de ce rêve insensé, qui pourtant avait plus de sens que tant de vies humaines…
Tinuviel
 


Retourner vers L'auberge d'Aventia

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités