Il est des pierres et des rochers ....

Les mondes fantastiques

Il est des pierres et des rochers ....

Messagepar Peter » 01 Mai 2011 20:21

La Roche des Nutons à Villance
Comme les nains des contes allemands, les nutons habitaient les grottes et les failles des rochers. Tantôt cordonniers, tantôt forgerons ou rétameurs, leur force physique exceptionnelle en faisait des êtres redoutés. Pour s’attirer leur bienveillance et rétribuer leurs services, les campagnards leur faisaient des dons en nature ( œufs, pain, beurre… ) qu’ils déposaient à l’entrée de leur habitat. Entre Villance et Maissin, les nutons avaient élu domicile dans la roche qui porte leur nom.

Image

Le Trou des Nutons à Anloy

Située entre Anloy et Glaireuse, le long de la Lesse, cette roche est également dénommée “ Cuisine des Nutons ” à cause d’une grande pierre couverte de petits évidements circulaires qui auraient servi d’assiettes à ces nains du légendaire ardennais. Un jour, une femme d’Anloy se rendit au Trou des Nutons pour soigner un nain tombé malade. Pour la récompenser de son dévouement, le nuton lui prit son tablier et y fourra quelque chose en lui recommandant bien de ne pas l’ouvrir avant d’être rentrée chez elle. Mais, en chemin, elle déplia le tablier et vit une multitude de flocons d’avoine s’envoler avec le vent. Pensant que c’était une bien maigre obole qui lui échappait, la femme continua son chemin. Mais, de retour à sa maison, elle remarqua qu’une pièce d’or était accrochée à son tablier. Espérant que les autres flocons d’avoine s’étaient eux aussi transformés en or, elle retourna à l’endroit où elle les avait perdus. Malheureusement, elle ne trouva rien et se repentit longtemps de sa curiosité.


La Roche des Nutons à Libin

A l’est du village de Libin, non loin des Troufferies d’Ochamps, un rocher solitaire occupe le bois de Contranhé. Debout au milieu d’un vaste éboulis, on le croirait jailli du sol par une pression formidable. D’après la tradition, cette roche, véritable curiosité géologique, était autrefois habitée par les nutons. Des hommes de Libin, qui n’avaient pas froid aux yeux, décidèrent une nuit d’en capturer un. Ils se cachèrent près du rocher et lorsqu’un nuton se hasarda hors du trou, ils fondirent sur lui. Le nain était fort, et ses adversaires, malgré leur nombre, eurent bien du mal à le maîtriser. De retour au village, ils enfermèrent le nabot dans la brassine d’une ferme. Mais, le lendemain, quelle ne fut pas leur surprise de constater que le nuton avait filé par une fenêtre, les barreaux de celle-ci n’ayant pu résister à sa force herculéenne.


La Pierre du Diable à Villance

Au lieu-dit le Wez de Bouillon, le long de la Lesse, une grosse pierre repose à quelques pas de la rivière. Sur sa face supérieure, cette roche énigmatique présente une rigole qui, partant du milieu, s’infléchit en se rapprochant du bord. Cette rigole parfaitement lisse permettant un certain écoulement, on pense, dans la tradition populaire, que la pierre a pu servir d’autel pour des sacrifices sanglants, et que ce souvenir maudit lui aurait valu le nom de Pierre du Diable. A cet endroit, une longue passerelle en bois permet de passer sur la rive opposée de la rivière.

Image

Le Trou du Bouc à Anloy

A la limite des communes d’Anloy et de Jéhonville, au lieu-dit Trou du Bouc, le diable apparut un jour à un villageois. Celui-ci étant dans le besoin, Satan lui proposa une bourse pleine d’or s’il pouvait lui montrer une bête plus insolite que le vert-bouc ( une espèce de
démon ) qui l’accompagnait. Le paysan accepta le marché et s’entendit avec sa femme pour gagner. Au jour fixé, il enduisit cette dernière d’une couche de miel, la roula dans les plumes d’un matelas et l’amena à l’endroit convenu. Le diable ne parvint pas a identifier l’étrange créature que lui présenta notre homme. Fou de rage, il disparut en jetant aux pieds du rusé Ardennais le prix du pari perdu.


La Roche Magrite Zabelle à Transinne

Au sud de Transinne, cette grande roche, légèrement surplombante, émerge des vieux taillis qui peuplent le versant gauche du vallon de Wezerin. Elle tire son nom de deux sorcières, Marguerite et Isabelle, qui avaient choisi le sommet du rocher pour tenir leurs conciliabules.



La Pierre à “ misauté ” à Resteigne

Cette pierre, gisant au pied d’un éboulis, se trouve entre Resteigne et Redu, à droite d’un chemin forestier qui remonte le ruisseau du Glan. Dans la tradition, et comme l’indique son nom ( auté signifie autel en wallon ), elle passe pour avoir été un monument druidique. L’endroit est retiré, étrange, mystérieux. On raconte que les sorcières du pays s’y réunissaient pour tenir leurs sabbats. Une légende prétend que la pierre tournait au chant du coq. Mais les villages et les fermes d’alentour étant très éloignés, jamais un coq ne s’y fit entendre. Or, un jour, une vendeuse de volaille, la Marie-Pierre aux chiens, passa par là. Comme elle s’arrêtait pour reprendre haleine, un coq s’échappa de son cageot, monta sur la roche et chanta d’un timbre éclatant. Aussitôt, la pierre se mit en branle et pivota trois fois sur elle-même. C’est pourquoi la Pierre à “ misauté ” est également appelée la Pierre qui tourne.
Avatar de l’utilisateur
Peter
Fondateur
Fondateur
 
Messages: 704
Images: 1074
Enregistré le: 09 Avr 2011 12:35
Localisation: Belgique
Genre: Homme

Retourner vers L'auberge d'Aventia

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités