2015 - Interview d'auteur-écrivain : Tony VELLONE

Index des Interviews des écrivaines et auteurs

Règles du forum
Index des Interviews des écrivaines et auteurs

Texte disponible ici

2015 - Interview d'auteur-écrivain : Tony VELLONE

Messagepar Terraburg » 17 Mai 2015 17:26

Interview d'auteur / écrivainTony VELLONE
17/05/2015
1660


Vous-même :
  • Parlez-nous un peu de vous, votre bio de manière succincte (nom, pays, ...)
    J’ai vu le jour à Château-Thierry à quelques rues de là où naquit un certain Jean de La Fontaine. Après avoir travaillé une dizaine d’années à Paris, je me suis installé dans une ancienne ferme du Lot-et-Garonne à la fin des années 70 à une époque où nous étions quelques-uns à fuir les villes et expérimenter diverses formes de retour à la terre. Dans ma carrière professionnelle, j’ai d’abord été un homme d’images ̶ photo, vidéo, animation 3D ̶ avant de me mettre récemment à l’écriture.

  • Comment vous est venue l'idée d'être écrivain ?
    L’idée est née d’un pari, il y a quatre ou cinq ans, un pari d’abord envers moi-même, dans la mesure où je me sentais totalement incapable de parvenir à pareille prouesse. Je n’avais jamais écrit auparavant. Seuls, de mauvais souvenirs scolaires me hantaient encore. Mais l’écriture me troublait ; plus précisément, l’objet « livre » me fascinait. Comment pouvait-on organiser une telle masse d’informations, la structurer de telle sorte qu’elle en devienne un ensemble cohérent et si possible intéressant ? Cela me semblait inconcevable et réservé à une élite intellectuelle dont je me sentais très éloigné. Je me suis, malgré tout, risqué à ce jeu et cela m’a tout de suite amusé.

  • Est-ce que cette activité dans votre vie a changé le comportement dans votre entourage ? (Par exemple une meilleure appréciation de votre personne, ou de la jalousie ?)
    Oui, probablement, mais il faudrait leur demander. Jalousie, non je ne vois pas pourquoi. Chacun peut écrire s’il le souhaite, par contre, l’écrivain jouit toujours d’une certaine aura érigée par nos illustres prédécesseurs. Elle reste vivace bien que le monde littéraire ait fortement évolué ces dernières années.

  • Et votre propre comportement a évolué, changé ?
    De la même façon. Il m’arrive d’être amené à prendre la parole en public, d’expliquer mes textes, de prendre position sur certains points. Cela me demande un réel effort, étant, à mon sens, doté de talents d’orateur et de pédagogue assez limités.

  • Une mauvaise expérience dans ce domaine ?
    Non, heureusement ! Je m’en suis toujours sorti plus ou moins jusqu’à ce jour. Enfin, il me semble !

  • Maisons d'édition : une mauvaise expérience ? un refus ?, vous remettez-vous en question en cas de refus ? Une révision du texte ?
    Là non plus, je n’ai pas vraiment rencontré de problèmes contrairement à ce que l’on entend souvent. J’ai commencé par m’autoéditer, ce que je persiste à penser comme une bonne solution pour des ouvrages très ciblés, mais cette démarche s’accompagne de contraintes fastidieuses et d’un travail de gestion très important. J’ai répondu ensuite à trois appels à textes pour des nouvelles érotiques. Une n’a pas été retenue. Ma déception passée et mon amertume ravalée, cela m’a surtout confirmé que mes textes n’avaient rien à voir avec la ligne éditoriale de cette maison-là, ce dont, avec un peu plus d’expérience, j’ai maintenant acquis la certitude. Je pense que les refus sont d’abord liés à une mauvaise adéquation entre la ligne éditoriale et le texte proposé. Aujourd’hui, le choix est suffisamment large pour que chacun arrive à trouver l’éditeur qui corresponde à son texte, même si ce choix peut s’avérer complexe. Pour ma part, l’intérêt d’un éditeur est d’apporter un regard objectif sur l’œuvre, d’en juger d’éventuelles faiblesses et d’en suggérer des corrections susceptibles de l’améliorer. Au-delà des contraintes liées à la publication et à la diffusion de l’œuvre, l’éditeur a, dans mon esprit, un rôle primordial à jouer.

  • Quelles sont vos projets à termes (court, moyen et long termes) ?
    Écrire, écrire encore, écrire toujours ! Plus précisément, j’espère terminer et publier à la rentrée sous mon patronyme, un tome 2 sur des mémoires familiales. Avec Belladone Éditions, j’ai également en prévision le tome 2 des « Mémoires d’un Serial Fucker », une suite à « La Parade des Vingt Culs » qui vient de sortir, en attendant un tome 3 pour 2016. Donc, en définitive, écrivain de la Mémoire sous toutes ses formes, avec une prédilection marquée pour le monde du BDSM et des relations non-conventionnelles.

  • Est-ce que vous voudriez faire une carrière de cette activité ?
    Je suis arrivé à un âge où je n’aspire plus à « faire carrière », une idée qui ne m’a jamais traversé l’esprit du reste et ce, en quelque domaine que ce fût, en dehors d’une aspiration à devenir artiste-plasticien à une époque. Aujourd’hui, je continue à explorer différents aspects artistiques – peinture, sculpture, photographie, images numériques – et, au risque de passer pour un affreux « touche-à-tout », cela me convient très bien. [align]

Au sujet de l'écriture proprement dite :

  • Que signifie être auteur pour vous ?
    [align=justify] Pour moi, un auteur est d’abord un conteur d’histoires, un inventeur de sentiments, un aventurier d’idées, un explorateur de perversions. En définitive, j’écris les livres que j’ai envie de lire. Au risque de ruiner définitivement le marché de l’édition, c’est un conseil que je pourrais donner à chaque auteur : écrivez les livres qui vous plaisent ! Malheureusement, il faut un minimum d’aptitude à le faire, une capacité que l’on possède ou pas. Je ne crois pas à la notion de « travail » ou « d’apprentissage » dans le monde des arts. Des prédispositions basées sur une excessive sensibilité peuvent se perfectionner et s’améliorer par un enseignement, mais sans cette vocation naturelle, ce terreau fertile, c’est à mon sens peine perdue.

  • Dans quelles circonstances vient l'inspiration ?
    Aucune idée ! Pour ma part, je sais simplement que je m’inspire surtout de scènes de la vie ordinaire, de portraits de personnes que je croise dans la rue ou à diverses occasions. J’extrais des éléments disparates et je les réassemble à ma guise. Je tisse des histoires à partir de fragments du quotidien, agençant des bribes d’informations selon mon imagination et mes propres critères narratifs.

  • Un lieu de prédilection pour écrire ?
    Là, c’est simple. Je n’écris que sur mon ordinateur de bureau et devant cet unique écran. J’ai besoin d’une concentration absolue, d’une sorte de cérémonial qui aboutit à un repli du monde qui m’entoure. La moindre stimulation extérieure ̶ téléphone, musique ̶ m’en fait sortir et j’ai horreur de ça ! Je me rends à ce poste comme d’autres vont à leur travail, avec des horaires assez similaires. Néanmoins, en dehors de ces heures d’activité, je reste connecté à mon histoire, à la recherche de l’issue de ce labyrinthe, puisque, si j’en connais plus ou moins la fin, j’en découvre vicissitudes et aléas en avançant dans mon écriture, de la même manière que mes lecteurs. J’en sauvegarde ainsi tout le mystère et le plaisir de sa révélation. En effet, écrivant avec lenteur, mon texte m’accompagne pour un incertain voyage durant des mois. Autant ne pas trop s’ennuyer en sa compagnie !

  • Lisez-vous vous-même ou évitez-vous de lire afin de ne pas vous inspirer d'autres auteurs ?
    Je n’ai jamais été ce que l’on pourrait appeler un « grand lecteur ». J’ai lu étant plus jeune. Je lis très peu aujourd’hui, je relis parfois des auteurs que j’aime particulièrement. De ce point de vue, j’ai le sentiment de m’être fermé aux textes des autres, étant uniquement préoccupé par leur vocabulaire ou leur style bien plus que par leur narration.

  • A-t-on besoin, pour le début de l’histoire, de faits réels même, si c'est une fiction ?
    Je n’écris que sur le réel, un réel passé ou présent, un réel effectif ou imaginé, peu importe. Tout le monde écrit sur un réel qu’il transforme, triture, malaxe au gré de ses envies ou de ses besoins.

  • Que vous apporte l’écriture ?
    Un apaisement, une sérénité, une confiance en soi loin du stress de la « page blanche » et autres angoisses souvent décrites. L’écriture est source de plaisir. Jouer avec les mots et leur musique est, pour moi, d’une totale jubilation.

  • Parmi vos écrits, le texte que vous préférez...
    Pour l’instant je n’ai publié que « De Profundis », et j’espère que les suivants, s’ils ne sont pas meilleurs, seront au moins aussi satisfaisants…

  • Aimeriez-vous que vos livres soient adaptés au cinéma ou à la télévision ?
    Bien que ma production littéraire soit assez restreinte, j’ai écrit des choses très différentes, dans des horizons quasi opposés, difficile d’en extraire un. En guise de clin d’œil, je citerai malgré tout « Black Holes », une nouvelle, publiée sur short édition, qui me divertit toujours.

  • Auriez-vous un conseil à donner à un jeune auteur ?
    Principalement un conseil que j’essaie de m’appliquer au quotidien : sois toi même ! Développe ta propre personnalité, n’essaie pas d’imiter tes pères. Ils ont déjà produit des œuvres bien supérieures aux nôtres, un constat valable dans n’importe quel domaine artistique, je pense. Seules nos propres sensibilités sont sources de nouveauté et d’originalité. J’en suis totalement persuadé, mais la mise en application du concept est d’une terrible complexité !

  • Si vous deviez dire simplement quelques mots de vous à un public, ce serait ?
    « Pardonnez-le, sa fragilité le fait parfois délirer ! ». Je ne sais pas si cela répond à la question, mais c’est ce qui me vient à l’esprit.

  • Selon vous, une question devrait être ajoutée ?
    Bien sûr ! Beaucoup d’autres ! La vie n’est que questionnement, mais pour cette fois le tour d’horizon me semble assez large !

Merci d'avoir répondu à notre interview
Avatar de l’utilisateur
Terraburg
Fondateur
Fondateur
 
Messages: 129
Images: 24
Enregistré le: 09 Avr 2011 11:10
Genre: Non spécifié

Retourner vers Les interviews des écrivaines et écrivains

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités