2015 - Interview Artiste de Caroline-Christa Bernard


2015 - Interview Artiste de Caroline-Christa Bernard

Postby Terraburg » 18 Jun 2015 21:38

Interview artisteCaroline-Christa Bernard
Juin 2015
1683 1684


Vous même :
  • Parlez-nous un peu de vous, votre bio de manière succincte (Nom, pays, ....
    Caroline-Christa Bernard, Paris - France.
    J’ai grandi dans une famille mélomane où la musique classique était très présente, auprès d’une mère pianiste et organisatrice de concerts. J’ai moi-même fait quelques années de solfège et de violoncelle dans mon jeune âge, au conservatoire de musique.
    Étrangement, j’ai eu très tôt une préférence pour les musiques actuelles, le rock et la chanson française que j’écoutais à la radio.
    Le goût des mots et de la poésie est apparu dès l’enfance, j’ai ressenti comme un émerveillement à la lecture de certains poèmes, comme un moyen d’évasion et de consolation face à une éducation catholique extrêmement sévère et rigide, à laquelle j’étais confrontée dans mon milieu. J’ai commencé à griffonner des petits poèmes à l’école, des textes qui n’avaient certainement aucun sens mais qui faisaient sourire ma maîtresse. Un de mes poèmes, qui évoquait la légèreté des abeilles et le tourbillon de leurs ailes, a même été publié dans le journal de l’école primaire.

  • Comment vous est venue l'idée de cette activité ?
    Diplômée en droit d’auteurs, j’ai d’abord travaillé auprès d’artistes, en maison de disques, dans une galerie d’art puis au sein d’un théâtre parisien. J’ai également fait un peu de management pour des amis dont j’aimais le travail artistique, quelle que soit la discipline (musique, slam, sculpture, peinture). Et puis un jour, après une dizaine d’années dans cette activité, j’ai senti que j’étais arrivée au bout d’un cycle, je ne pouvais plus m’occuper des autres, j’étais arrivée au terme de cette expérience. De façon simultanée, sans que je puisse me l’expliquer, j’ai commencé à écrire mes propres poèmes et des petits haïkus, reflet de mes rencontres urbaines et de ma vie citadine à Paris. Puis, j’ai rencontré des musiciens qui m’ont permis de mettre mes poèmes en musique.

  • Est-ce que cette activité dans votre vie a changé le comportement dans votre entourage ? (Par exemple une meilleure appréciation de votre personne, ou de la jalousie)
    C’est surprenant que vous posiez cette question car en effet, la réaction de mon entourage, amical ou familial, a été tout d’abord très hostile à ma nouvelle activité autour de la musique et de la poésie. Peut-être était-ce parce que je changeais soudainement d’identité ? D’une certaine manière, je passais d’une attitude de réserve et de discrétion à une certaine affirmation de moi-même et à une première exposition via ma création. Avec le recul aujourd’hui, je suis assez lucide pour percevoir que ces réactions hostiles étaient empreintes de jalousie. Sur le moment, ce fut extrêmement douloureux, et certaines amitiés auxquelles j’étais très attachée ont pris fin suite à des critiques gratuites et très violentes à propos de mes chansons.

  • Et votre propre comportement a évolué, changé ?
    J’ai pris conscience que j’avais peu d’alliés à mes côtés dans ma démarche artistique et que le parcours créatif est avant tout un cheminement personnel, un cheminement de solitude. Il ne faut pas attendre le soutien ni l’approbation d’autrui pour se lancer dans l’art. La création artistique est un excellent exercice pour apprendre à se faire confiance et à se renforcer. Et étonnamment, j’ai pris de plus en plus goût à cette solitude que je trouve apaisante et constructive. Et je pense également souvent à ce poème de René Char qui résume bien les choses :
    « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »

  • Une mauvaise expérience dans ce domaine ?
    Comme dans toute nouvelle activité, tout nouveau projet, on se lance parfois dans l’inconnu, on ne maîtrise pas d’emblée les codes, le jargon, les techniques d’une discipline. Mon erreur est d’avoir parfois négligé ma santé, mon sommeil, mon hygiène de vie car j’étais totalement accaparée et absorbée par mes projets musicaux.
    Avec les années, j’ai appris à ralentir les choses, à échelonner les échéances, car j’aspire désormais à réaliser mes créations dans le calme, avec une certaine respiration.
    Bien que passionnée par l’art, j’ai souvent besoin de faire des pauses, de débrancher de ce contexte pour me nourrir d’autres choses : voir des amis, passer du temps dans la nature, me reposer ou tout simplement ne rien faire. Ces parenthèses me permettent chaque fois de revenir avec davantage de plaisir vers l’univers artistique.

  • Quelles sont vos projets à termes (Court, moyen et long terme) ?
      A ce jour, j’envisage de réaliser un ou deux clips de mon EP « Le Fracas », enregistré aux côtés du percussionniste Atissou Loko, du réalisateur Vincent-Marie Bouvot et du mixeur David Cook. Et peut-être y aura-t-il quelques dates de concerts les mois à venir ?
      A plus long terme, j’aimerais tenter quelques compositions musicales à la guitare.


    • Est-ce que vous voudriez faire une carrière cette activité ?
      L’univers musical est une industrie avec ses codes et ses standards. Pour une chanteuse, il semble souvent préférable de commencer très jeune pour faire carrière. Etant moi-même âgée de plus de 40 ans, il me paraît difficile de me projeter sur des rails standardisés. Je poursuis donc mon chemin au gré des opportunités et des rencontres artistiques, et cela me convient très bien. En effet, je me suis parfois lassée de la sur-exposition médiatique de certains artistes dont les morceaux passent en boucle sur les ondes et sur Internet, à coup de matraquage promotionnel. Du fait de cette médiatisation effrénée, certains artistes très talentueux en ont perdu tout leur mystère. Et je trouve important qu’un artiste conserve une part de mystère.

Au sujet de l'activité proprement dite :
  • Dans quelles circonstances vient l'inspiration ?
    L’inspiration est « enfant de bohème », elle arrive sans prévenir, ne se dompte pas et ne s’apprivoise pas.
    C’est parfois un seul mot qui peut déclencher le thème d’une chanson.
    Personnellement, c’est en me promenant dans Paris que les idées me viennent car mes chansons sont très influencées par l’univers urbain dans lequel j’évolue.
    Ce qui le plus souvent attire mon attention, ce sont les personnes vivant à la marge de la société, les personnes en rupture de lien que l’on croise dans les rues de Paris. Il y a une grâce et un courage incroyable chez ces marginaux qui tentent de survivre, de garder le sourire et de croire en leurs rêves.

  • Un lieu de prédilection pour l'activité ?
    Les terrasses de café sont un lieu idéal pour capter les premières idées, les premiers mots. Puis, je finalise le texte au calme chez moi, loin du tourbillon parisien. Ainsi, dans mon processus d’écriture, le bruit de la rue est étroitement lié au silence de mon appartement. L’un est indissociable de l’autre.
    S’il s’agit d’un lieu de prédilection pour une prestation en public, certains cafés parisiens sont également très bien agencés pour des concerts. Et j’aime aussi les petites salles intimistes, à taille humaine.

  • Si vous deviez dire un mot de vous à un public, ce serait ?
    La vie est courte comme une étincelle. Il faut aller vers sa passion pour ne pas avoir de regret, sans laisser les autres décider de votre destin. Même si vos choix provoquent des incompréhensions et des jugements dans votre entourage, il faut sans cesse revenir à l’enfant que l’on était, se souvenir des rêves que cet enfant projetait pour son avenir, car c’est la source de toute chose.

  • Selon vous, une question devrait être ajoutée ?
    Pour moi, tout est OK. Un grand merci de m’avoir proposé cette interview.

Merci d'avoir répondu à notre interview
User avatar
Terraburg
Fondateur
Fondateur
 
Posts: 128
Images: 24
Joined: 09 Apr 2011 11:10
Gender: None specified

Return to Nos interviews Artistes et artisantes

 


  • Related topics
    Replies
    Views
    Last post

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests

cron